Project

Historique du projet

L’idée de ce projet est née après les attentats terroristes survenus à Paris en 2015. Il était alors devenu évident que le trafic d’antiquités constituait une source de financement majeure du terrorisme. L’appellation « antiquités du sang » désignait désormais les trésors archéologiques pillés par Daesh et les destructions de sites archéologiques perpétrés dans le contexte du terrorisme international furent le déclencheur de la prise de conscience dans différents corps de métiers que les pillages alimentent aujourd’hui des réseaux criminels.

Le programme POLAR (policiers et archéologues face au trafic d’antiquités), issu de l’appel du CNRS « attentats-recherche » en 2016, a constitué un premier partenariat pour structurer une réflexion sur la lutte contre le pillage des biens culturels : pour partager et conjoindre les méthodes d’investigation des archéologues et des policiers sur la lutte contre le trafic d’antiquités, le laboratoire HiSoMA et l’ENSP ont travaillé pendant 8 mois sur l’analyse de provenances, l’administration des preuves, l’identification de circulations atypiques, la définition de moyens techniques pour la fouille de données sur le web.

Un colloque, organisé le 3 novembre 2016, a réuni archéologues, représentants des services des douanes, police, justice, représentants des marchands d’art et des experts. Plusieurs questions relatives à la circulation des objets pillés et aux problèmes de leur traçabilité, aux vides juridiques et aux difficultés de coordination, ont été discutées lors de ce colloque.

POLAR a été le tremplin pour le projet H2020 NETCHER (Grant Agreement n°822585). Brochure Polar 2016 (.pdf)

Behind the project

The idea for the project was born after the terrorist attacks that struck Paris at the end of 2015. It became clear at that time that trafficking in antiquities was a major contributor to the financing of terrorism. The phrase “blood antique” henceforth applied to archaeological treasures looted by ISIS and the destruction of archaelogical sites in the context of international terrorism were the trigger for awareness of many professional actors : looting today fuels criminal networks.

We sought to explore the issue further in a partnership that was built between HiSoMA and ENSP : POLAR (policiers et archéologues face au traffic d’antiquités), a title that works well in French and means “policemen and archeologists facing looting”. It soon became clear that we needed to build a European network of good practices to achieve some efficiency in the fight against trafficking in antiquities.POLAR (policiers et archéologues face au traffic d’antiquités), a title that works well in French and means “policemen and archeologists facing looting”.

After 8 months of research, a symposium was organized on November 3rd 2016. The participants were from professional sectors faced with antique trafficking and established the current state of the struggle, before pointing out possible courses of action. They have been in contact with police and legal services (European and international cooperation, networking, tools, legal measures between States, sanctions), heritage professionals (publication and digitalization of works, updating inventories, participation in the diffusion of the ICOM’s Red lists) and the art market (available tools for the competent services, updating information and inventories).

POLAR was the milestone of H2020 Netcher (Grant Agreement n°822585).

Présentation de NETCHER

Le projet NETCHER (Network and Digital Platform for Cultural Heritage Enhancing and Rebuilding) a pour mission de construire un réseau d’information et de bonnes pratiques à l’échelle européenne, en s’appuyant sur un maximum d’acteurs impliqués dans la préservation du patrimoine. C’est un programme H2020 financé par le 8ème Programme-Cadre de l’Union Européenne pour la Recherche et l’Innovation (Horizon 2020). Ce projet regroupe pour une période de 2 ans (2019-2020) un consortium de 7 partenaires européens, chacun en charge de différentes thématiques et relations à des réseaux professionnels.

Le projet est structuré autour de 7 axes de recherche (work packages). Chacun est assorti des livrables et de jalons pour suivre la progression du projet.

Plusieurs réunions au cours des deux années serviront :

  • à l’animation du consortium
  • à tester l’élargissement du travail à des communautés plus larges
  • à finaliser les éléments constitutifs d’une charte des bonnes pratiques acceptable par différentes communautés professionnelles.

Un comité d’éthique, présidé par Didier Viviers (secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Belgique), pourra être sollicité au cours du projet au même titre que des experts extérieurs au consortium constituant l’Advisory Board.

Au cours des dernières décennies, de multiples initiatives ont été lancées par plusieurs acteurs engagés dans la protection du patrimoine culturel en péril et dans la lutte contre le commerce illicite. Ces initiatives ont tenté d’apporter des solutions, des mesures correctives, des méthodes et des approches pour lutter contre le pillage et le trafic, sur les sites archéologiques comme dans le commerce des objets d’art, en s’efforçant de construire des réseaux d’acteurs. L’objectif de Netcher est de rassembler ces initiatives à l’échelle européenne, en un réseau commun exploitant une plateforme collaborative.

En effet, les différentes communautés professionnelles impliquées dans les thématiques de la préservation du patrimoine et de la lutte contre le trafic de biens culturels sont souvent demandeuses de partage des savoirs et des savoir faire, mais elles ont peu d’occasions de coordonner leurs méthodes d’investigation.

L’objectif du consortium Netcher est de construire des liens entre les travaux existants et de relier les différentes communautés professionnelles impliquées : le monde de la police, de la justice, de la douane, le monde des archéologues et des institutions du patrimoine, le monde des associations et de la valorisation culturelle, le monde des marchands d’art. C’est pourquoi Netcher a l’ambition d’élargir son réseau à un maximum d’experts et acteurs de la protection des patrimoines en danger.

Notre cahier des charges est de remettre à l’Europe un ensemble de préconisations et une charte de bonnes pratiques, fondés sur un accord entre ces différents milieux professionnels et capable de devenir un outil pour les décideurs.

Le projet consiste aussi à construire une plateforme numérique collaborative qui servira de base aux actions entreprises : sensibilisation du grand public, actions éducatives et professionnalisantes, définition de nouveaux outils d’exploitation du web dans la perspective de la lutte contre le pillage des biens culturels.

Project overview

Netcher project (NETwork and digital platform for Cultural Heritage Enhancing and Rebuilding) aims at building an information network and a chart of good pratices at european scale, by gathering a maximum numbers of actors engaged in cultural preservation. It is funded by the 8th Framework Program of the European Union for Research and Innovation (Horizon 2020) and brings together over a period of 2 years a consortium of 7 European entities, each one responsible for a research theme and a profesionnal network.

The project is composed of 7 Work Packages structured to reach our common objective. With its deliverables and tasks, each WP respects milestones. Several meetings will allow the consortium to monitor the progress :

  • By gathering the consortium’s members and sharing our results
  • By spreading the network and recruiting new stakeholders
  • By building a common chart of good practices.

An Ethic Committe, chaired by Didier Viviers (permanent secretary of the Royal Academy of Belgium), will be consulted in case of need during the project as well as external experts from the consortium, gathered in the Advisory Board.

The last decades have witnessed a variety of initiatives promoted by a diverse set of actors engaged in the protection of endangered cultural heritage and in stopping illicit trade, initiatives that have tried to bring solutions, remediation, methods and approaches to tackle looting and trafficking. NETCHER seeks to address the complex challenge of harmonizing and bringing together these worthy, but often disconnected initiatives by using a participative approach that will result in the establishment of a structured network (defined as a Social Platform) drawing together a broad range of players such as international bodies, umbrella organizations, national governments, researchers, public policy makers, NGOs, as well as public and private foundations.

In light of the significance of these uncoordinated efforts, the Platform will take charge of the systematizing and framing of all the emerging best practices in order to enhance and capitalize on the experiences of the partnership members at an international level for building a joint action plan with shared toolkits and a research and innovation roadmap.

Netcher will achieve two main tangible productions, a charter of good practices and a social platform. This concrete fulfillment is at the same time the accomplishment of Netcher and the very beginning of a cross-national and cross-professional basis in looting efficiently against looting.